Association Florus Histoire et patrimoine de Flourens

Les fouilles préventives pour les nouveaux lotissements du lac

La construction de nouveaux lotissements à l’est du lac de Flourens a été précédée, comme la Loi le demande, de campagnes de fouilles. Ces travaux ont été effectués par les équipes de l’INRAP, Institut national de recherches archéologiques préventives, durant les étés 2003 et 2013. Lors de ces fouilles ont été découverts en surface, des silos et un four tuilier, et en profondeur, des souterrains. Ces vestiges datent vraisemblablement du Moyen âge. En surface, le sol est argileux. Le terrain dans lequel ont été creusés les souterrains est de l’alios: alternances de grès durs, déposés par le vent et cimentés par des oxydes de fer, et de lentilles ou de fins lits de sable. Les bancs de grès constituent des plafonds naturels pour les galeries.   

En 2003 Fouilles de La Rouquette : Compte rendu

En 2013 Fouilles d’en Batut : Compte rendu

fouilles-flourens-ete-2013

Vue satellite de l’emprise des fouilles de 2013: On distingue les silos.

 

Pour la seconde tranche du lotissement du “Sentier du lac”, l’association Florus a fait en 2013 des propositions de noms de rues en rapport avec ce que les fouilles avaient permis de découvrir.

Noms des rues du lotissement « Sentier du lac 2 »

Rue du Cluzel 

« Cluzel » est le diminutif de « cluse » qui provient du latin « clusere » fermer et désigne un abri creusé sous la terre, un souterrain. Les nombreux souterrains-refuges du Sud-Ouest, creusés de main d’homme, portent le nom de cluzel. De tels souterrains, connus dès le XIIIème siècle, sont très nombreux en Lauragais.

Rue de Maguelone 

En référence au « collège de Maguelone » dans Toulouse qui appartenait  aux évèques de Montpellier. Ces évèques ont édifié la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Maguelone  aux XIIème et XIIIème siècles. Cette cathédrale est située sur la commune de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l’Hérault près de Palavas au sud de Montpellier. Elle a été bâtie dans la cité insulaire wisigothe de Maguelone et repose sur une ancienne île volcanique.

« Un collège » était, au Moyen âge, l'équivalent actuel d'un resto U et d'une résidence universitaire, ouverte aux étudiants toulousains et étrangers en provenance d'une autre province. Au XIVème siècle, Toulouse comptait de nombreux établissements de ce type. Le financement était assuré par les revenus des terres qui lui appartenaient.

Le cardinal Audouin Aubert, ancien évêque de Maguelone (1352-1354) et neveu du pape Innocent VI, fondateur du collège de Maguelone en 1363, possédait des terres à Flourens.

Rue des Silos 

Des fosses ou silos, simplement creusées dans le sol et probablement refermées par un bouchon de planches et servant à entreposer les semences de céréales, ont été trouvés. Ces silos ont livré des restes de céramique du XIIIème siècle.

Rue du Vieux-Four 

Les restes d'un four a été dégagé en 2013. Construit pour fabriquer tuiles et briques, il a sans doute été utilisé au Moyen âge pour la construction de la partie la plus ancienne de la ferme de l'Hourtet.

le-four

Four du Moyen âge : remarquez la marque des tuiles sur la sole

 

Rue du Pied-de-Roi

Le pied-de-roi, unité de longueur, a été employé dans les mesures du souterrain. Il correspond à 32,5 cm.

Rue de l'Oule 

« L'oule » est la francisation du nom commun occitan ola, signifiant marmite. Poterie globulaire, sans anses, aux parois minces, c'était une poterie de première nécessité.

Rue de la Dourne 

« La dourne » fait partie de la famille des cruches de tête, transportées sur la tête après l’avoir remplie d’eau à usage domestique. De forme très pansue, peu ouverte, elle était munie d’un bec tubulaire et d’une ou plusieurs anses plates.

Rue du Pégau 

« Le pégau » était un vase,  typique du sud de la France, destiné à contenir des liquides. Muni d'un bec ponté et d'une anse, c'était la poterie la plus couramment utilisée après l'oule.