Association Florus Histoire et patrimoine de Flourens

2024 Veillée « Histoires d’eaux à Flourens » le 12 avril

9 février 2024

Pour les anciens, l’eau était un bien commun précieux. Sources, fontaines, puits et mares restent présents sur notre territoire. Nous raconterons aussi le château d’eau et le système de distribution de l’eau ainsi que le lac. Nous mettrons en évidence les efforts à déployer dans nos usages pour protéger cette ressource indispensable…

 

La source de la madeleine

article de la Dépêche du midi publié le 27/05/2010

     Selon un historien local de Flourens, une source d’eaux thermales a existé dans notre village, il y a bien des années. La possession d’un écrit de cette personne, ne fait aucun doute quant à cette source, un article est déjà paru dans un journal de l’époque « Guide Pittoresque du Voyageur en France » (édité en l’an 1838) » Eaux Minérales de Flourens ».
     La commune de Flourens, une des plus riches du département de la Haute Garonne, possède une fontaine d’eau minérale, connue sous le nom de « Sainte-Madeleine », dont les eaux sourdent près de la grande route de Toulouse à Castres, dans un petit vallon allongé, d’un aspect agréable. Ce vallon est formé par deux coteaux couverts de chênes, séparés au nord-est, dans une étendue de 500 mètres, par une double allée de peupliers, se rapprochant ensuite, du sud-est pour former une gorge. La source de La Madeleine a été découverte en 1 821 par M. Cany, docteur médecin à Toulouse.
     L’établissement des eaux de Flourens est très agréablement situé ; les malades y respirent un air très vif et très pur, et trouvent autour de la source des promenades très jolies et très variées. Les propriétés médicinales des eaux de Sainte Madeleine de Flourens sont les mêmes que celles des autres sources acidules ferrugineuses froides de France, telles que celles de Cransac, Forges, Passy, et Vals, qui jouissent d’une réputation méritée. Ces eaux sont toniques ; elles produisent de très bons effets dans les affections des voies digestives dues a un état de faiblesse radicale, dans les pâles couleurs, la surabondance de la lymphe, la débilité générale qui arrive à la suite des maladies de long cours (n’oublions pas que cela est un écrit véridique mais avec des termes de l’époque).